Résumé

(juin 2014) Selon les estimations, de 100 millions à 140 millions de jeunes filles et de femmes dans le monde ont subi une mutilation génitale féminine ou une excision (MGF/E), et plus de 3 millions de filles courent le risque d’être excises chaque année sur le seul continent africain.

La MGF/E est généralement effectuée sur les filles âgées de 4 à 12 ans, mais peut être, dans certaines cultures, pratiquée dès les premiers jours suivant la naissance ou juste avant le mariage. Généralement, la procedure est réalisée par des exciseuses traditionnelles, mais dans certains pays, elle est effectuée par des professionnels de la santé.

La MGF/E présente des risques graves pour la santé physique et mentale des femmes et des jeunes filles, en particulier pour celles qui ont subi la procédure sous ses formes extrêmes. Selon une étude de l’Organisation mondiale de la Santé datant de 2006, la MGF/E pourraient entraîner davantage de complications lors de l’accouchement et même des décès maternels. Parmi les autres effets secondaires observés, on compte des douleurs intenses, des hémorragies, le tétanos, des infections, l’infertilité, des kystes et abcès, l’incontinence urinaire et des problèmes psychologiques et sexuels.

La MGF/E est pratiquée dans au moins 28 pays africains et dans quelques pays de l’Asie et du Moyen-Orient. Les 29 pays en développement inclus dans ce tableau sont les seuls à avoir fait l’objet d’une collecte systématique de données récentes. La MGF/E est pratiquée à tous les niveaux d’éducation et dans toutes les couches sociales, et au sein de nombreux groupes religieux (musulman, chrétien et animiste), bien qu’aucune religion ne l’impose. Les taux de prévalence variant considérablement d’un pays à l’autre (de près de 98 pour cent en Somalie à moins de 2 pour cent en Ouganda et au Cameroun), et varient même au sein de ces derniers.

Depuis le début des années 1990, la MGF/E a été reconnue comme une question de santé et des droits humains parmi les gouvernements africains, la communauté internationale, les organisations de femmes et les associations professionnelles. Les efforts au niveau international et national pour mettre un terme à la MGF/E ont donné lieu à advantage de législations ciblant les exciseuses, les professionnels de la santé et les familles qui perpétuent cette pratique. Sur les 29 pays de ce tableau, 25 disposent désormais de lois ou de décrets liés à la MGF/E.

Dans un certain nombre de pays, les données recueillies ces dernières années reflètent un niveau moins élevé d’excisions parmi les jeunes filles âgées de 15 à 19 ans, ce qui laisse espérer que les efforts visant l’abandon de cette pratique portent leurs fruits.