(Mai 2010) Quasiment 215 millions de femmes vivant dans des pays en voie de développement souhaiteraient éviter une grossesse mais n’utilisent pas de moyen de contraception efficace.1 Ces femmes représentent environ 15 pour cent des femmes en âge de procréer (15 à 49 ans) dans ces pays. Un nouveau rapport de l’Institut Guttmacher et du Fonds pour la Population des Nations-Unies (FNUAP), Adding It Up: The Costs and Benefits of Investing in Family Planning and Maternal and Newborn Health, évalue le coût de la couverture des besoins en planification familiale de ces femmes et dresse une liste de certains bénéfices sanitaires attestés de la prévention des grossesses non désirées.2


Figure 1

Coût pourfournir des contraceptifs modernes à tous ceux qui en ont besoin, 2008

Source: Susheela Singh et al., Adding It Up (2009).


Eviter ces grossesses non désirées présente aussi des avantages démographiques et économiques pour les pays les moins développés dans lesquels vivent la plupart de ces femmes ayant des besoins en planification familiale non assurés. Des recherches démontrent que lorsque les femmes retardent leur prochaine grossesse ou ont moins d’enfants, le taux de croissance démographique baisse et le potentiel d’éducation et de formation augmente ; il devient alors plus facile de répondre aux besoins économiques d’une population jeune. Une croissance démographique plus lente peut permettre de faire des économies en matière fourniture de soins, d’eau potable, d’assainissement et de services sociaux. Répondre aux besoins des femmes qui souhaitent empêcher ou retarder des grossesses permet aussi aux femmes d’avoir plus d’opportunités d’éducation et d’emploi, ce qui peut encourager la croissance économique. 

Au moins 600 millions de femmes utilisent des contraceptifs efficaces de nos jours ; combien cela coûtera-t-il de fournir ces services à 125 millions de femmes supplémentaires ? Ce rapport évalue le coût à 3,6 milliards de dollars par an. La plupart de cette somme couvrirait les coûts des programmes et autres systèmes ; moins d’un milliard serait alloué aux fournitures de contraceptifs et aux salaires des agents de santé.

On dépense déjà environ 3,1 milliard de dollars par an pour la planification familiale ; donc, en ajoutant le coût pour couvrir les besoins de 215 millions de femmes supplémentaires, on aboutirait à une somme totale dépensée pour la planification familiale de 6,7 milliards de dollars (voir Figure 1).

Cela signifierait certes le doublement du montant actuellement alloué à la planification familiale, mais cela représenterait moins de $5 par personne dans les pays en développement. Le soutien international pour la planification familiale provient actuellement de bailleurs internationaux et des pays eux-mêmes. Puisque les pays ayant les plus hauts taux de besoins non satisfaits sont parmi les pays les plus pauvres, ces pays font face à un besoin plus pressant d’obtenir une aide des bailleurs internationaux pour suppléer à leurs propres contributions. Le soutien international pour la planification familiale et d’autres services de santé de la reproduction dans les pays moins développés est bien en deçà des engagements pris par ces bailleurs dans le cadre du Programme d’Action de la Conférence Internationale sur le Population et le Développement qui s’est tenue en 1994. Selon Adding It Up, le financement pour la planification familial a baissé en dollars absolus de presque 50% alors que le nombre de femmes ayant besoin de planification familiale a augmenté de 25 %.

Quels bénéfices pourrait-on tirer de ces dépenses? Les niveaux actuels d’utilisation de la planification familiale empêchent déjà environ 188 millions de grossesses non planifiées, ce qui évite des naissances désirées, des avortements et des fausses-couches (voir tableau). 


Bénéfices estimés d’un accès universel auxcontraceptives modernes dans les pays moins développés pays, 2008 (nombre en millions)

Niveaux d’utilisationactuelle de contraceptifs 100 % des besoins non satisfaits de contraceptives couverts

Total

Grossesses non désirées évitées
Naissances non prévues 53,6 21,8 75,4
Naissances non prévues 112,3 24,8 137,1
Fausses-couches 21,9 6,8 28,8
Morts évitées
Nouveau-nés 1,2 0,6 1,8
Mères 0,2 0,2 0,4
Total utilisant une méthode contraceptive moderne 603,1 214,4 817,5

Source: Susheela Singh et al., Adding It Up (2009).


Elargir l’offre de services de planification familiale n’est qu’un des éléments requis pour assurer une meilleure santé aux mères et enfants vulnérables. Le rapport Guttmacher/FNUAP évalue également les coûts de l’amélioration des soins maternels et néo-natals dans les pays à faible revenu, ce qui sauve des vies et évite des problèmes de santé au long terme pour des millions de mères et d’enfants.


Figure 2

Coût estimé pour fournir la planification familiale avec ou sans soins à la mère et au nouveau-né

Source: Susheela Singh et al., Adding It Up (2009).


Ces améliorations des soins de santé sont plus chers mais l’analyse révèle clairement que tout comme la planification familiale sauve des vies de mères et d’enfants, le fait d’ investir dans la planification familial et de fournir des soins élargis aux mères et nouveau-nés réduit de fait le besoin de soins de santé pour les mères et enfants, et baisse le coût global (voir Figure 2). Permettre à toutes les femmes qui souhaitent empêcher ou espacer leur prochaine grossesse d’utiliser une contraception efficace est une mesure rentable et améliore la santé.

Couvrir les besoins non satisfaits de planification familiale et améliorer la santé de la mère et l’enfant sont cruciaux pour les pays afin qu’ils atteignent les Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) d’ici à 2015. Les ODM couvrent une large gamme d’indicateurs de développement sociaux et économiques, y compris l’amélioration de la santé de la mère et l’enfant, un meilleur niveau d’éducation plus les filles et une pauvreté et une faim réduites. 

De nombreux pays ayant les revenus les plus faibles n’atteindront pas les ODM dans les cinq prochaines années, mais le fait d’augmenter l’accès à la planification familiale aidera la plupart des pays à atteindre l’ODM #5 : améliorer la santé maternelle.3 Réduire la fécondité et ralentir la croissance démographique aideront les pays à faibles revenus à progresser vers d’autres cibles des ODM, en permettant de plus fortes dépenses par habitant dans les domaines de la santé, l’éducation et la réduction de la pauvreté et en augmentant les chances que les femmes et enfants mènent des vies saines et productives.


Mary Mederios Kent est éditrice spécialisée en démographie au Population Reference Bureau.


Références

  1. Cette estimation inclut les femmes en âge de procréer qui indiquent vouloir retarder la conception pendant au moins deux ans ou ne souhaitent plus être enceintes, sont actuellement mariées ou actives sexuellement et capables de procréer, et n’utilisent pas de méthode contraceptive efficace. 
  2. Susheela Singh et al., Adding It Up: The Costs and Benefits of Investing in Family Planning and Maternal and Newborn Health (New York : FNUAP Et Institut Guttmacher, 2009), disponible à l’Internet: www.unfpa.org/public/publications/pid/4461
  3. MDG 5, Améliorer la Santé Maternelle, requiert de réduire le ratio de mortalité maternelle de trois-quarts et d’atteindre l’accès universel aux services de santé de la reproduction d’ici à 2015. Pour atteindre ces cibles, il faut augmenter la proportion de naissances bénéficiant de l’aide d’un agent de santé qualifié, augmenter la prévalence contraceptive, réduire le nombre de grossesses parmi les adolescentes, accroître les soins prénatals, et réduire le besoin non satisfait de planification familiale. Pour en savoir plus sur les Objectifs de Développement du Millénaire des Nations Unies, veuillez consulter le site www.un.org/millenniumgoals/maternal.shtml