(2011 mai) Au cours de la dernière décennie, 58 millions de jeunes femmes dans les pays en développement—une sur trois—ont été mariées avant l’âge de 18 ans, souvent contre leur volonté et en violation des lois et conventions internationales sur les droits des femmes. Plus troublant encore, selon de nouveaux chiffres, une fille sur neuf, soit 15 millions, ont été forcées de se marier entre l’âge de 10 et 14 ans. Avec une éducation et des possibilités économiques limitées, les filles mariées sont souvent condamnés à vivre dans la pauvreté, l’isolement social, et l’impuissance, portant ainsi atteinte à leurs droits humains, leur santé et leur bien-être.

Dans les pays en développement où la population jeune est en pleine croissance, les investissements dans les adolescentes sont essentiels. Au final, les nations et les communautés doivent mettre un terme au mariage des enfants si elles doivent atteindre les objectifs liés à la pauvreté, l’éducation, l’égalité du genre, la santé maternelle et infantile, le VIH et le sida.

Ce document de politique générale examine les tendances du mariage des enfants et les avantages consistant à retarder le mariage. Il se penche sur les approches prometteuses dans les pays en développement pour mettre fin au mariage des enfants et fournit des recommandations pour faire progresser les efforts politiques et le plaidoyer.


Alexandra Hervish est analyste politique au PRB. Charlotte Feldman-Jacobs est directrice du programme Genre au PRB.