(Juillet 2010) Malgré l’implication de nombreux décideurs politiques et défenseurs dans la réponse à apporter aux besoins sans cesse croissants des jeunes en matière de santé sexuelle et génésique, les appels lancés pour la mise en place de programmes, services et financements appropriés sont pour l’essentiel restés sans réponse. Les jeunes du monde entier restent à la merci de grossesses non planifiées, du VIH-sida et des infections sexuellement transmises, et ce en dépit du fait que bon nombre de programmes de portée plus réduite soient prêts à être étendus à d’autres et aideraient les jeunes à développer leur potentiel et les nations à atteindre leurs objectifs de développement. Avec le regard du monde porté sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), les pays qui prennent conscience de l’importance d’une population adulte jeune (15 à 24 ans) en bonne santé accroissent leurs chances d’atteindre les cibles qu’ils se sont données pour les objectifs 3 (promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes), 4 (réduire la mortalité infantile), 5 (améliorer la santé maternelle) et 6 (combattre le VIH-sida, le paludisme et d’autres maladies).1

Pour mettre encore davantage en évidence le caractère pressant des besoins de santé génésique des jeunes, une conférence internationale a été convoquée en 2008 à Abuja (Nigéria). Le point d’orgue de cette conférence fut la présentation d’un Appel à l’action, exhortant au « renforcement des investissements dans la santé et le développement des jeunes comme mesure essentielle pour appuyer la jeunesse d’aujourd’hui et lui permettre de réaliser son potentiel pour l’avenir ».2

Au nombre des recommandations figurant dans l’Appel à l’action figure notamment l’expansion de trois types de programmes :

  • Des interventions pédagogiques sur la santé sexuelle et génésique adaptées au groupe d’âge concerné.
  • Des services de santé axés sur les jeunes avec une sensibilisation au niveau communautaire.
  • Des campagnes exhaustives d’information.

Les investissements dans la jeunesse au service du développement national analyse l’importance démographique de la jeunesse au plan du développement national et la raison pour laquelle les décideurs politiques se doivent de prêter attention aux besoins de santé génésique des jeunes. Il examine les résultats prouvant que ces trois catégories de programmes contribuent à une jeunesse en bonne santé, avec notamment des exemples de succès sur le terrain. Il formule en conclusion des recommandations susceptibles de faire progresser les efforts de politiques et de réponse aux besoins de la jeunesse dans le cadre des objectifs nationaux de santé et de développement.


James Gribble est vice-président des programmes internationaux au PRB.


Références

  1. Advocates for Youth, Youth’s Reproductive Health: Key to Achieving the MDGs at the Country Level (Washington, DC : Advocates for Youth, 2005).
  2. « Abuja Call to Action: Increase Investments for Young People’s Health and Development », 2008, consulté en ligne sur www.jhsph.edu/bin/e/h/Abuja_Call_to_ Action_061208.pdf le 7 décembre 2009.