(Août 2005) Le décès du Pape Jean-Paul II en avril 2005 et les semaines qui ont mené à la sélection de son successeur ont stimulé bien des réflexions et des discussions sur l’identité du nouveau Pape et dans quelles directions il allait mener les 1,1 milliards de Catholiques du monde. L’essentiel du débat visait à déterminer si le prochain Souverain Pontife viendrait d’Europe ou du monde en développement, où vivent environ 70 % des Catholiques.

Du fait de la croissance démographique spectaculaire dans le monde en développement et de l’augmentation lente — voire la stagnation — des populations dans les pays plus avancés, le Catholicisme sera de plus en plus une religion pratiquée pour l’essentiel dans les pays en développement. Les quelques 500 millions de Catholiques censés rejoindre l’Église d’ici 2050 viendront pour l’essentiel de pays tels que la République démocratique du Congo et le Nigeria.

Pendant ce temps, les pays de tradition catholique tels que la Pologne et l’Italie enregistreront un déclin important du nombre de leurs Catholiques. La sélection au trône de Saint Pierre du Cardinal allemand Joseph Ratzinger — qui est maintenant le Pape Benoît XVI — ne fait que creuser plus avant la fracture ethnique et géographique entre la structure hiérarchique européenne de l’Église catholique et les croyants.

La croissance dans le monde en développement

Plus des deux tiers des Catholiques vivent aujourd’hui dans le monde en développement, et selon les projections démographiques il est clair que cette proportion atteindra les trois-quarts d’ici une quarantaine d’années (voir le tableau 1).1 Selon les estimations, entre 2004 et 2050, l’augmentation des populations catholiques sera de 146 % en Afrique, 63 % en Asie, 42 % en Amérique latine et aux Caraïbes et 38 % en Amérique du Nord. Entre temps, l’Europe enregistrera un déclin de l’ordre de 6 % pendant la même période.


Tableau 1

Nombre de Catholiques (%)
Population catholique estimée
Population
catholique
projetée
Population catholique
projetée
Changement au sein de
la population
catholique,
2004-2050
Région du monde
2004
2004
2025
2050
Afrique
17,9 %
139 157 160
219 171 850
342 023 230
145,8 %
Asie
4,3 %
127 125 410
171 916 360
207 086 560
62,9 %
Europe
36,4 %
270 765 647
272 495 186
255 744 426
-5,5 %
Amérique latine & Caraïbes
83,3 %
454 541 400
568 040 560
646 912 570
42,3 %
Amérique du Nord
25,1 %
82 000 000
97 000 000
113 000 000
37,8 %
Océanie
26,8 %
9 000 000
11 000 000
13 000 000
44,4 %
Total mondial
21,6 %
1 082 228 463
1 339 159 510
1 577 585 569
45,8 %

Source : Les calculs de l’auteur se fondent sur les données tirées de la Fiche de données sur la population mondiale, 2004 publiée par le PRB et consultée en ligne à l’adresse suivante : www.catholique-hierarchy.org.


Ces schémas de croissance divergents vont également provoquer une modification de la répartition des Catholiques dans le monde au cours des 45 années à venir (voir la figure 1). Les Catholiques de l’Amérique latine et des Caraïbes continueront sans doute à représenter les deux cinquièmes de la population catholique mondiale en 2050, et l’Afrique devrait en avoir plus d’un cinquième d’ici la même année. Mais le nombre de Catholiques européens devrait diminuer d’un quart en 2004 à un sixième en 2050. La proportion revenant à l’Amérique du Nord déclinera légèrement, passant à un sur treize.


Figure 1
Répartition des Catholiques par région du monde, 2004, 2025 et 2050

Note : Le total des pourcentages n’est pas forcément égal à 100 % car certaines des valeurs ont été arrondies.
Source : Les calculs de l’auteur se fondent sur les données tirées de la Fiche de données sur la population mondiale, 2004 publiée par le PRB et consultée en ligne à l’adresse suivante : www.catholique-hierarchy.org.


La plus forte augmentation du nombre de Catholiques se produira sans doute au Congo, aux Philippines et au Mexique

Les schémas divergents de croissance régionale des populations catholiques se trouvent reflétés par les projections pour nombre des pays individuels des régions concernés, avec en tête de file les pays de l’Amérique latine et de l’Afrique. En effet, la liste des 25 pays pour lesquels on projette la plus forte croissance des populations catholiques entre 2004 et 2050 est dominée par l’Amérique latine et les Caraïbes (13 pays) et l’Afrique (8 pays).

Les 10 pays qui devraient enregistrer la plus forte augmentation du nombre de Catholiques d’ici 2050 incluent notamment le Congo, les Philippines, le Mexique, le Brésil, les États-Unis, le Nigeria, l’Ouganda, la Colombie, l’Argentine et l’Angola (voir le tableau 2). Ces 10 pays devraient représenter un peu plus des trois cinquièmes de la croissance mondiale projetée des Catholiques du monde, soit 495,4 millions, entre 2004 et 2050. Un seul pays européen (la France) figure sur la liste des 25 nations à plus forte croissance de leur population catholique, au 22 e rang pour la période 2004 à 2025.

Réciproquement, les pays européens dominent la liste de ceux dont les populations catholiques vont décliner d’ici 2050. Près de 70 % des pays pour lesquels on prévoit une réduction du volume de la population catholique entre 2004 et 2050 (25 sur 34) se trouvent en Europe, de même que 10 de ceux qui devraient enregistrer la plus forte diminution du nombre de leurs Catholiques (voir le tableau 2). Selon les estimations, la Pologne et l’Italie perdront chacune 5,3 millions de Catholiques d’ici 2050.


Tableau 2
Pays enregistrant les plus fortes projections de croissance ou de déclin de leurs populations catholiques, 2004-2050

Projection en valeur absolue des changements de la population catholique
Pays enregistrant une croissance
Pays enregistrant un déclin
1 Congo (Rép. dém. du)
60 983 400
1 Pologne
-5 356 880
2 Philippines
49 735 200
2 Italie
-5 330 600
3 Mexique
38 510 550
3 Allemagne
-2 412 000
4 Brésil
34 867 890
4 Hongrie
-1 504 250
5 États-Unis
28 973 220
5 Portugal
-1 084 920
6 Nigeria
27 352 080
6 Espagne
-1 008 720
7 Ouganda
24 317 600
7 Ukraine
-673 200
8 Colombie
19 489 800
8 Slovaquie
-512 470
9 Argentine
13 660 240
9 Romanie
-466 200
10 Angola
13 628 760
10 Croatie
-447 600

Source : Les calculs de l’auteur se fondent sur les données tirées de la Fiche de données sur la population mondiale, 2004 publiée par le PRB et consultée en ligne à l’adresse suivante : www.catholique-hierarchy.org.


Les changements ainsi prévus dans la répartition de la population catholique mondiale au cours des décennies à venir s’accompagneront de fluctuations parmi les populations catholiques les plus nombreuses. Le Brésil et le Mexique devraient rester les deux plus grands pays catholiques du monde pendant les trois périodes considérées, et les Philippines remplaceront sans doute les États-Unis comme le troisième plus grand pays catholique du monde d’ici 2050.

La montée du Congo sur la liste mérite une mention particulière : selon les projections, sa population catholique devrait tripler entre 2004 et 2050, ce qui propulserait le Congo de la 11 e place à la cinquième en 45 ans à peine. Entre temps, les pays européens ne constitueraient plus que cinq des 25 plus grands pays catholiques tant en 2025 qu’en 2050.

La sécularisation et les progrès des Protestants risquent d’éroder les gains de l’Église catholique

Il existe maints facteurs non démographiques susceptibles de modifier ces pourcentages. À titre d’exemple, la tendance à la sécularisation qui caractérise les pays d’Europe et d’Amérique du Nord ainsi que d’autres nations — une tendance susceptible de réduire encore davantage le nombre de Catholiques dans ces pays. Les pays européens qui reçoivent un nombre important d’immigrants non catholiques dont les taux de fécondité sont supérieurs à ceux des Européens de race blanche pourraient enregistrer un déclin encore plus marqué de leurs populations catholiques.

Qui plus est, l’Amérique latine et les Caraïbes — deux régions dont les résidents étaient pratiquement exclusivement de religion catholique au début du XXe siècle — ont enregistré une réduction notable du pourcentage de leurs habitants qui se déclarent catholiques. Plus de 20 % de la population du Guatemala, du Venezuela, du Honduras et de l’El Salvador sont aujourd’hui protestants. Cinq autre pays de l’Amérique latine ont des populations qui comptent au moins 15 % de Protestants.2

Les Intégristes et les Protestant évangéliques ont également enregistré une forte augmentation de leurs adeptes au sein des populations d’immigrants Latinos aux États-Unis. À titre d’exemple, le sondage national réalisé par les Hispanic Churches in American Public Life (HCAPL) en 2000 a révélé que
70 % des Latinos aux États-Unis se considéraient comme catholiques, alors que 23 % se déclaraient protestants. Un éloignement croissant entre le catholicisme traditionnel et la théologie de la libération en Amérique latine risque de provoquer une désaffection supplémentaire des habitants de l’Amérique latine de l’Église catholique.

Réactions possibles de l’Église à ces changements démographiques

L’Église catholique peut choisir différentes réponses face au déplacement démographique subi de l’Europe vers le monde en développement. L’une d’entre elles consiste à prêter davantage d’attention aux questions qui affectent l’existence des Catholiques du monde en développement — notamment la pauvreté, la faim, le sida, l’accès inégal aux services de santé, les inégalités économiques et la guerre.

L’Église pourrait aussi opter pour la prise de mesures plus énergiques pour veiller à ce que les prêtres du monde en développement parviennent à des postes de responsabilité ecclésiastique, y compris la papauté même. Par ailleurs, cette institution va peut-être devoir de plus en plus faire appel aux jeunes des pays en développement pour renouveler la population des prêtres et des religieuses. Enfin, l’Église a l’option d’opter pour une attitude de laissez faire face à ces fluctuations démographiques. Toutes ces approches éventuelles ne sont pas mutuellement exclusives. Mais quelles que soient les mesures qu’elle prendra, l’Église catholique va être confrontée à des défis redoutables alors qu’elle cherche à équilibrer les besoins de sa population croissante dans le monde en développement et ceux de sa population traditionnelle du monde développé en déclin.3


Rogelio Saenz est professeur de sociologie à l’Université du Texas A&M ; il est également l’auteur de Latinos and the Changing Face of America (New York : The Russell Sage Foundation, 2004).


Références

  1. En raison de l’absence de données historiques sérielles pour les différents pays concernant la prévalence des catholiques au sein de leur population, la présente analyse doit partir de l’hypothèse selon laquelle le pourcentage de la population de religion catholique dans chaque pays ou région reste constant sur la période 2004-2050. Si des fluctuations surviennent dans le nombre de personnes de religion catholique au sein de chaque population, les données démographiques réelles pour les trois périodes couvertes seront différentes de celles qui sont indiquées ici. Pour le calcul de ces projections, je me suis fondé sur les projections démographiques de la Fiche de données sur la population mondiale pour 2004 publiée par le PRB et les statistiques sur les pourcentages nationaux et régionaux actuels postées sur le site Web www.catholic-hierarchy.org. Ce site contient les statistiques sur les populations catholiques jusqu’au niveau des juridictions (il s’agit généralement des diocèses) de l’Annuario Pontificio, qui est l’annuaire officiel du Vatican.
  2. ” Protestants by Country, ” Wikipedia : The Free Encyclopedia (Juillet 2005), consulté en ligne à l’adresse suivante: http://en.wikipedia.org/wiki/, le 18 juillet 2005.
  3. Je remercie Karen Manges Douglas, Dudley Poston et Mercedes Rubio de leurs commentaires précieux sur une première version du présent rapport, et Lorena Murga de son assistance dans la collecte de certaines des données utilisées pour l’analyse. Je remercie également David M. Cheney, créateur du www.catholique-hierarchy.org dataset, qui nous a généreusement fourni maints détails relatifs aux données utilisées pour la présente analyse.