(Juillet 2010) L’Afrique subsaharienne, l’une des régions du monde à la croissance la plus rapide, est confrontée aux plus grands défis mondiaux du développement et de la santé. Avec plus de 840 millions d’habitants et une croissance démographique de l’ordre de 2,4 % par an, d’ici 30 ans la population de l’Afrique subsaharienne aura doublé. La moitié des habitants de ces pays ont moins de 18 ans. Il est généralement reconnu que l’avenir de l’Afrique subsaharienne repose, dans une grande mesure, sur les investissements réalisés dans l’éducation, la santé et la création d’emplois pour les jeunes, ainsi que sur le passage sans difficulté des jeunes à un âge adulte productif et sain.1

Réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement

En 2000, 189 pays se sont engagés à réduire la pauvreté et nombre de ses facteurs connexes, et ce par la réalisation de huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Chaque objectif contient des cibles et des indicateurs spécifiques à atteindre d’ici 2015 et bon nombre d’entre eux ont trait aux jeunes. Ce plan sur 20 ans arrive à échéance d’ici cinq ans, et exige une attention nettement plus marquée sur les besoins d’éducation et de santé de cette vaste génération de jeunes, notamment en Afrique subsaharienne, qui est confrontée aux plus grands obstacles sur la voie des OMD.

Certes, les jeunes, où qu’ils résident dans le monde, partagent nombre de similarités, mais l’expérience de vie d’un jeune, homme ou femme, est aussi diversifiée que les cultures dont sont issus ces jeunes. En Afrique de l’Ouest, au Mali, une jeune femme est très susceptible de subir une excision à 5 ans. Elle n’ira probablement jamais à l’école. À 16 ans, elle sera sans doute mariée et mère d’un enfant, et ne doutera pas que son époux a le droit de la rouer de coups pour certaines « transgressions ». En Afrique australe, une jeune Zambienne est plus susceptible d’avoir été à l’école, mais elle a moins de possibilités d’emploi et court l’un des risques les plus élevés au monde d’une infection par le VIH. En revanche, une jeune femme d’Afrique de l’Est, une Rwandaise, est celle qui est la plus susceptible des trois d’être instruite et la moins susceptible d’être active sexuellement, mariée ou d’avoir un enfant. Elle aura peut-être un petit ami, mais elle est moins à même d’être enceinte à l’adolescence qu’une jeune fille aux États-Unis. Et elle est dix fois moins susceptible d’être séropositive que son homologue en Zambie.

Ces trois jeunes femmes ont des vies très différentes, mais elles ont les memes aspirations et ambitions en ce qui concerne santé, famille et travail. Grâce aux investissements des gouvernements dans la santé, l’éducation et la création d’emplois, puis aux engagements politiques quant aux aspirations des objectifs du Millénaire pour le développement, ces jeunes femmes, qui font partie des 1,2 milliard de jeunes de la planète, peuvent réaliser leurs objectifs personnels et aider leurs pays à atteindre de meilleurs niveaux de développement économique et social*. Ces efforts favoriseront les progrès pour bon nombre des résultats des OMD ayant une incidence directe ou indirecte sur les jeunes.2

* Cette brochure est axée sur les jeunes de 15 à 19 ans. Selon la définition de l’ONU, la population mondiale compte actuellement 1,2 milliard de jeunes âgés de 15 à 24 ans.


Karin Ringheim est principal conseillère en politique de gestion au Population Reference Bureau. James Gribble est vice-président des Programmes internationaux au PRB.


Références

    1. World Bank, Development and the Next Generation: World Development Report, 2007 (Washington, DC: The International Bank for Reconstruction and Development/World Bank, 2008); and Caroline Zwiker and Karin Ringheim, Commitments: Youth Reproductive Health, the World Bank and the Millennium Development Goals (Washington, DC: Global Health Council, 2004).
    2. World Bank, Development and the Next Generation: World Development Report, 2007.